Jacques Beneich

JACQUES BENEICH

It is because Jacques Beneich wanted to become a flying pilot that he enters an advertising agency and discovers the photography. After a license of English and some temptations in the rock playing with a band, he devotes to the passion of the photography. He discovers very fast the power oh the photography under all its forms, from Press reportage to the still life. But he prefers, it's to reveal the deep and hidden nature from beings and characters.

It is Jacques Malignon who gives him his real meeting with the fashion photography, when he leaves with him to New york as his fist assistant.

In the New York studio, while following the teachings of master, he is plunged into the sparkling whirlwind of the 80s, consisted of short-lived meetings, sleepless nights but also intense work. It is in the excesses of this new universe that he develops his photographic style, his sense of colors, bodies and light.

On returning to Paris, then specializes in the fashion photography and realizes numerous sessions, editorial and advertising between Milan and New York.

In 1989, he gets acquainted of musicians of Blues and Jazz. He is allowed get by the deep and unique emotion which gets free of faces of these jazzmen and bluesmen. His taste for the portrait takes here its full measure, to the antipodes of the light, twinkling, smiling and short-lived universe of the fashion. He pursues his career by realizing sessions of fashion for magazines, ad agencies and clients, celebrities's portraits for press-agencies and magazines general publics.

Sensual intimacy of women's bodies or moving visions of creators and artists, it is always the same glance as beneich Jacques wears. A glance which carries far, below appearances, and which tries to drill the mystery of these fleeting feelings.
Jaques Beneich made numerous exhibitions in famous trend places "Pharaons Revisited" at les Bains, in Paris, as in Festivals, International Fashion Photography Festival in cannes, where he is selected and exposed every years, with canon firm, Les marquises, or galleries in Paris, Munich, Saint-Tropez, Monaco.



EXHIBITIONS

- 2011 SOUL CATCHER, Galerie 1161, Paris.
- 2011 SKULLS, GHOSTS&DREAMS, Megève, Genève, Saint-Tropez.
- 2011 LOOKING UP, ON AURA TOUT VU, NAtional Museum, Monaco.

Né à Paris, Stéphane Gizard découvre l'appareil photo à l'âge de 7 ans. Après des études de communication et un bref passage en prépa art, il commence à travailler à l'âge de vingt ans pour les services photos de plusieurs magazines. Il collabore rapidement avec des agences de presse réputées comme Sygma ou Sipa. Il réalise notamment des portraits de personnalités comme Christophe Walken ou Peter Falk, clichés diffusés au niveau international.

A 23 ans, il réalise son premier travail personnel. "Garçons et Fille...", série de portraits présentant 35 garçons et une fille, tous venant de la rue, qui propose une réflexion sur l'ambiguïté sexuelle à l'adolescence. Avec ce travail le casting sauvage, le hasard des rencontres, les portraits d'inconnus deviennent une évidence qui se déclinera souvent par la suite. Ces photos sont exposées en 1998 à Paris, au centre américain puis à Valenciennes, aux rencontres du cinéma, ainsi qu'à Cholet.

La même année, il devient animateur d'ateliers photo à l'Unesco de Paris et dans deux écoles, à Madrid et à Londres, dans le cadre de l'association Childrens Academy on Tour. Son travail est alors soutenu par la communauté européenne.

Il imagine "Dress code" en 2006. Pour cela, il photographie 200 adolescents dans leur look personnel. Il s'agit de portraits, réalisés en studio, après 8 mois de casting de rue, sans aucun styliste. La conception du premier volet, "Dress code Paris", s'achève en juillet 2007. D'abord diffusé comme une exposition itinérante (Maison de Solenn en octobre, Point Éphémère en novembre) la collection s'expose au magasin Citadium-Printemps (Paris IX), lieu d'échange et de découverte dévolu à la Street Culture. Cette première collection de l'artiste s'expose désormais à l'international (Ukraine, Azerbaïdjan, Kazakhstan).

Depuis Stéphane continue les travaux personnels comme « Addiction » en 2009 un journal intime photographié avec un iphone et « I twenty years ago en 2010 » un travail sur le temps qui passe. Il continue également à réaliser des images pour la publicité ( Labello, Dove, Sécurité routière, Bonobo, Nutella…) et des magazines comme le Monde magazine, Be, Figaro ou Studio Cinélive.

Depuis 20 ans il photographie sans relache une tranche d’age ( 16/20 ans ) qui, à ses yeux, est l’ étape décisive entre la fin de l’adolescence et le début de l’age adulte. Le temps de la recherche de soi et de la fragilité.

Menu

Settings

Create a free account to save loved items.

Sign in

Create a free account to use wishlists.

Sign in